A l’arrache au Bois de Boubou (1/2)

Bois de Boubou

Ce matin, je me réveille pépère avec ma go, tu sais, la même qui m’avait fait détriquer parce qu’elle était trop michto. Donc, petit matin posé jusqu’à l’arrivée de ce putain de SMS du black Rabbit : « Mec, on est en perte de vitesse sur le nombre de visites de ton blog, essaye de balancer un post ». Le genre de texto qui te fout la rage. Alors je saute du pieu, branle-bas de combat, et allume mon ordi. Je dois nourrir le rejeton. Mon blog ne doit pas régresser, n’oublie pas que le but, c’est quand même au final de se faire des couilles en platine pour me payer ma came et les tapins, alors tu imagines le stress. Donc, comme un connard, je dois pondre un truc alors que je n’ai que de la béchamel dans la tronche.

Donc là, pleine impro mais je devrais m’en tirer avec ce flash qui remonte à environ trois piges en arrière. Je suis dans la gova de Chivas mon pote déclan, avec Malo Kid et Lakhdar. On pointe en direction du Bois de Boubou vu que ce dernier a une furieuse envie d’enfiler un trav. Je guide le clandé vers la Reine-marguerite, le spot où tu trouves les plus bonnes raclis burnées. Parce que moi, il faut savoir une chose, le Bois de Boubou, je le connais comme la chnèk de ma zouz, j’ai bicrave là-bas plusieurs étés de suite.

Donc on déboule Reine-margot sauf que ce casse-burne de Lakhdar trouve les travelos trop féminins à son goût. Du coup changement de plan, je les emmène dans « la rue des prix cassés ». En gros dans la rue des prix cassés, vers Porte Dauphine, tu ne trouves que des gadjos avec une perruque, du rimmel dégueulasse et des sapes de kharbas.

-Ça va Lakhdar, ici elles ont assez de barbe pour toi ? Demande Malo Kid.

-Ouais, j’préfère ici.

Chivas s’arrête au premier bodybuilder en talon-aiguille, Lakhdar baisse la fenêtre de la gova pour lui demander ses taros.

-20 balles, chéri ! elle répond.

-Sans capote ?

-Oui mais là c’est plus cher, c’est 30. On y va ?

-Tu m’bouffes les couilles ou quoi ?

-Tout c’que tu veux chéri mais décide-toi !

Lakhdar jarrette de la caisse et avec Malo Kid, on s’éclipse aussi vu que moi, la gova me fout souvent la gerbe. On laisse le clando dans sa vago, le srab à sa sucette et avec Malo Kid, on se bouge en fumer un de la taille d’une batte.

Le seul souci du Bois de Boubou, c’est qu’il n’est pas rare qu’un enfoiré de voyeur scotche devant toi le zguègue en pogne et se paluche normal comme un dik-dik. Moi à la limite, je n’en ai rien à taper mais Malo Kid lui, déteste reluquer les vicelards et les braquemarts. Alors quand un gadjo à la tronche de pointeur se présente devant nous avec une trique d’enfoiré, mon coéquipier le marbre d’un coup de plafond monumental. Des fois Malo Kid, je ne comprends vraiment pas ses réactions.

On termine le pilax pour pointer au petit spot où Lakhdar a limé le fion de sa racli montée comme un taureau. Quand on déboule, le cousin vient tout juste de cracher la purée.

Je lui conseille de tchéker ses fouilles, histoire de vérifier que l’androgyne n’a rien barbé. Parce que dans ce bois pérave, les travs sont plutôt du genre « reurtis ». Leur technique : ils te pompent le dar et te vident les fouilles en même temps que les couilles. Ce tapin est réglo, on se natchave.

Sauf qu’au moment où on rejoint la route, cet enfoiré de Chivas à déserté. Et nous comme des trimards, avec nos faces de cassos, on se retrouve en plein Bois de Boubou. Moi je me dis « pourquoi pas ? », mais Malo Kid est KO et Lakhdar vient juste de gicler alors tu imagines la motive.

J’appelle Chivas mais ce bâtard de clandé ne décroche pas. Je suis sûr et certain qu’il est allé se faire sucer. Alors ce n’est pas grave, je roule un gros cône. Le diksa de tout à l’heure, celui à la bite à l’air, repasse devant nous, cette fois-ci le braque rangé et la mâchoire désaxée. C’est cool de se kamazer le crâne mais il y a un moment où ça peut vite devenir relou, surtout quand tu es paumé dans un bois où deux pélos sur trois sont des violeurs en série et le restant des hermaphrodites accrocs à la chnouf.

(à suivre…)

 

 

 


Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

2 Réponses à A l’arrache au Bois de Boubou (1/2)

  1. L'ivre de lire dit :

    T’es vraiment incroyable! J’adore ce post! Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>