Du foutre dans mon cheeseburger

cheeseburger

Ce midi, sur les coups de 17 heures, j’ai commencé à avoir les crocs. Normal tu me diras, trois jours que je me bute à la MD et que je renifle de l’eau écarlate, ce genre de mix te coupe la dalle direct. Sauf que là, au réveil, j’ai bien senti que je devais me remplir le bide. J’ai tapé une grosse trace de coco pour me motiver, puis j’ai quitté le squat, direction le Do Mac de Marx Dormoy, un de mes restaus préférés.

Je te passe les détails dont on s’en bats les steaks (j’ai défoncé un mec sur la route et cramé une gova), j’ai déboulé dans le gastos et j’ai commandé un menu Big Mac – ouais, en maxi best of -, frites et Coca, avec des nuggets en plus et un cheeseburger – ouais, sur place. J’ai tenté de négocier le taro de ma graille mais ce rapiat de serveur en toncar n’a rien voulu entendre. J’avais vraiment trop les crocs alors comme un fomblard, j’ai raqué. Et je me suis installé à une table, avec mon plateau.

D’abord, j’ai enculé mon Big Mac. Le Big Mac est archi bon, grâce à la sauce sticmi mais archi bonne qu’ils foutent dedans, le bête de frometon et le steak, intestable, meilleur encore que celui de Charal. Le seul blème du Big Mac, c’est les tomates et la salade qu’ils calent entre la barbaque et le pain mais bon, heureusement, leur goût n’est pas ultra prononcé.

Bref, j’ai torché le Big Mac en deux-deux, j’ai tizé un peu de Coca – archi bueno lui aussi, même s’il manquait du sky -, puis j’ai niaqué mon cheeseburger.

Et là, j’ai senti que quelque chose ne tournait pas rond.

Le cheese n’avait pas le même goût que d’habitude. Un goût plus chelou, plus aigre. J’ai vite pigé la rotka : mon burger chlinguait le foutre. Pas un foutre scred, nan, le foutre d’un mec qui s’était fait monter la sève dans les glaouis pendant trois jours, tout ça pour cracher la sauce dans mon casse-dalle. Un foutre épais, le genre de foutre à la Peter North, l’acteur de boulard. Rectdi, j’ai recraché ma bouchée, puis je me suis lavé le goulot au Coca sans sky.

J’ai rangé le dwich dans ma poche, je me suis levé, avancé vers la caisse et j’ai sauté par dessus le comptoir. Là, une grosse renoi est venue m’embrouiller :

– Monsieur, il est interdit de…

Je n’ai pas attendu qu’elle termine sa phrase, je lui ai envoyé un triple-retourné-sauté dans sa tête et j’ai speedé vers le serveur qui m’avait bicrave le cheese. En panique, le mec a commencé à chialer :

– Monsieur, s’il vous plaît… ne me faites pas de mal !

Les clients du restau ont commencé à s’éclipser. Moi, j’ai attrapé le loufiat par son Polo jaune de trimard et je l’ai lorgné façon Al Capone :

– Alors, on m’refile du jus d’bouliches en guise de sauce ?

– Par…pardon ? m’a fait le keumé, tremblant.

– Ouais, t’as très bien pigé ! Quelqu’un a giclé dans mon cheeseburger, j’veux savoir qui !

– Mais…mais…

– Encore un « mais », et j’te nique ta race ! Arrête de faire le con, dis-moi qui a spermé dans mon Do Mac, et j’t’arracherais juste les couilles avant d’te les faire bouffer !

– Mais…

Patate de forain dans sa ganache.

Le mec a voltigé sur trois mètres avant de se rétamer sur les carreaux de son putain de gastos de lopsas, la face en biais. Faut jamais se foutre de ma gueule ! Jamais ! Apprends ça, lecteur, si un jour tu me croises sur le tarmac. Le zen du serveur pissait le raisiné, on se serait crû dans le film Carrie. Le bec grand ouvert, le gadjo semblait KO. Le fils de iench ! J’ai sorti le burger de ma fouille, et je le lui ai fourré dans sa bouche d’enfant de tapin. Puis je lui ai craché dessus. Puis pissé… ah nan, pas pissé ! On ne m’a pas laissé le temps. En fait, une bande de chélas m’a sauté dessus au moment où j’allais arroser cet enfoiré de serveur.

Je n’ai pas cherché à piger, je me suis débattu et inextriquo, j’ai réussi à m’échapper. J’ai ressauté par-dessus le comptoir, j’ai mis un coup de boule à une vieille et je me suis natchave de là, sans chercher mon reste. Voilà. C’est des bâtards, au Do Mac !

Rien qu’ils jutent dans nos casses-dalle…

 

 

 

 

 

 

 


Tags: , , , , ,

5 Réponses à Du foutre dans mon cheeseburger

  1. Makdax dit :

    Toujours aussi drole merci.

  2. Eugene dit :

    Mec, il n’y a pas de tomates dans le Big Mac

  3. DCX dit :

    « Faut jamais se foutre de ma gueule !  » Effectivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>