J’ai taffé dans un sex-shop

sex-shop

Je viens de me faire virer de mon taf. Ouais, mon premier vrai chafra. Je n’ai tenu qu’une journée, comme quoi le turbin, ce n’est vraiment pas pour moi. Je t’explique : mon fournisseur de zetla s’est fait serrer la semaine dernière, du coup je n’ai pas reçu la came que je devais bicrave et je me suis retrouvé en dèche de lovés. C’est pour ça que le temps de me refaire ou de dépouiller un keum, il a fallu que je trouve un moyen de grailler. Parce que moi, mendier comme un charclo, pas moyen ! T’es ouf, vu comment les gens ne te calculent pas quand tu es dans la merde, je les aurais tous savatés.

Du coup, quand Chivas m’a prévenu qu’un de ses potes recrutait du personnel dans son sex-shop de Gare de Lyon, je l’ai supplié de me pistonner. Franchement, reluquer des films de fion toute la journée et être payé pour ça, c’est le taf parfait pour moi. Quand le proprio du sex-shop m’a contacté au phonetel, il m’a demandé si j’avais de l’expérience dans la vente, alors forcément, je lui ai répondu « ouais ». Il a aussi voulu savoir si j’étais rigoureux, je lui ai dit « grave rigoureux ». Puis enfin, il m’a demandé si j’avais un bon relationnel, alors je lui ai fait « un bête de relationnel ! ». Alors il m’a embauché.

J’ai fait mon premier jour hier. Je me suis pointé au taf, un peu en retard de trois heures, mais faut dire que l’enfoiré d’exploiteur m’avait filé rancart à 16 heures, comme si je n’avais que ça à foutre de programmer un réveil. Il m’a fait « tu es en retard » mais je lui ai répondu cash qu’il m’avait dit de rabouler à 19 heures. D’ailleurs, un petit conseil à toi lecteur si tu cherches du taf : si tu arrives en retard, n’hésite pas à dire à ton boss qu’il s’est gouré d’horaire, comme ça il ne te prend pas pour un branleur.

Donc, le proprio du sex-shop m’a expliqué deux-trois trucs mais je ne l’ai pas écouté, parce que je gère. Il m’a filé les clefs de sa boutique et s’est natchave après m’avoir demandé si j’avais bien tout pigé. Alors moi, je lui ai répondu « ouais, t’inquiète ». Et puis je me suis retrouvé comme un gland dans le sex-shop, seul tout. D’abord, j’ai pris 140 dolls sur les 187 qui traînaient dans la caisse, puis j’ai appelé un leurdi pour qu’il vienne me servir deux meuges de C.

Entre-temps, un moustachu est entré dans la boutique pour pointer direct au rayon des DVD. Moi, comme je suis de bons conseils, je lui ai dit qu’il était complètement con et qu’à l’heure d’Internet, il pouvait se péter le frein sur Youporn ou Xhamster plutôt que de débourser des thunes. Puis je l’ai dirigé vers les fions en plastoc mais ce rapia m’a répondu qu’il n’était pas intéressé avant de se tailler.

Mon bicraveur a déboulé dans le sex-shop pour me filer le tosma. Je lui ai lâché les 140 balles de la caisse, il s’est natchave et je n’ai pas attendu pour m’enfiler deux grosses poutres dans le zen, au moment où un autre client débarquait dans la boutique. Sauf que quand il m’a vu penché sur la caisse pour me licheter le second trait, le mec s’est stoppé net.

-Entre ! je lui ai fait. Sois pas timide, on va pas t’gang-banger !

Le mec est reparti. C’est le truc relou dans les sex-shops, tu en as on dirait, qui flippent de choper la chtouille. J’ai roulé et éclaté un deux-feuilles de purple-haze puis un couple d’environ la quarantaine a débarqué. Ils ont regardé la lingerie et moi comme un pro, je les ai accostés :

-Bonjour ! Vous recherchez quelque chose de particulier ?

-Oui, m’a répondu le raclo, des dessous coquins en dentelle pour ma femme.

« Coquin », c’est un adjectif de fils de pute que je ne peux pas blairer. « Coquin », « cochon », ça rime avec coincé du fiacre. Perso, je préfère « porno », « crade », « hardcore », « boucherie ». Et puis la dentelle, quelle merde, ils avaient vraiment des goûts de chiottes ! La dentelle, c’est pour les mariages et les grands-mères. C’est pour ça que j’ai préféré les orienter :

-Moi, si j’peux m’permettre, laissez béton la dentelle, c’est dégueulasse ! Par contre, on a des superbes combinaisons latex et des jupes en PVC style « grosse pute »…Vous voulez tirer sur mon splif ?

-Euuuh…Non merci ! m’a répondu le keum. On revient dans quelques minutes.

Ils se sont cassés. Je me suis buté au Jungle Juice, le meilleur Poppers commercialisé, puis j’ai sorti l’agrandisseur de bite. Ce truc-là, c’est génial ! J’ai carré mon braquemart dedans et j’ai pompé à donf, histoire d’en avoir une comme la poutre de Bamako. Un ieuv est entré, je lui ai fait « j’en ai pour deux minutes, je m’agrandis juste le zguègue », il s’est taillé direct. Je ne sais pas ce qu’ils branlaient tous, à rester deux minutes dans la boutique sans rien acheter, mais ça commençait à me péter les steaks. C’est pour ça que le client suivant, je l’ai dépouillé dès qu’il a passé les portes du sex-shop.

Il est entré, je lui ai collé une patate dans la face, une balayette, je lui ai savaté les côtes et péta son larfeuille avant de le tèje dans la rue comme un malpropre. Fallait bien faire rentrer les biftons ! Après, vu que j’en avais ras-le-cul, je me suis taillé quatre heures avant la fermeture. Mais pour que le bizgo, tourne quand même, je n’ai pas fermé la boutique. Les clients n’avaient qu’à embarquer ce qu’ils voulaient et revenir payer un autre jour.

Cette aprèm, le pote de Lakhdar m’a appelé pour me prévenir que j’étais viré, alors je lui ai répondu d’aller niquer son grand-père, et que j’allais revenir pour lui cramer son sex-shop de merde. Du coup, si parmi mes lecteurs, certains ont un taf sympa à me proposer, je suis archi chaud. Rigoureux, avec un bon relationnel.

 

 

 

 

 


Tags: , , , , , , ,

8 Réponses à J’ai taffé dans un sex-shop

  1. Sara dit :

    Haha j’ai découvert ton blog hier, depuis, que je rigole comme une teubé! T’es un gros malade et j’espère que tu vas pas arrêter d’écrire parce que ton concept de littérature vandale est vraiment super et il pourrait en inspirer plus d’un 🙂

    • Merci Sara ! T’inquiète, je n’arrêterai pas de gratter tant que je ne me serai pas fait des burnes en platine qui me permettront de fumer des gros splifs dans un jacuzzi en me faisant polir le braquemart par des pornostars californiennes.

  2. Freedogg dit :

    Putain de merde ! Quelques mois d’absence et bam le choc !! Lemecdelunderground à un taf…La claque dans la gueule…Bon mais c’est pour un Sex Shop… si tu as quelques costumes de  » La crampe » à faire partir j’ai des acheteurs…

    • Putain Freedogg, j’avoue mon pote, t’as disparu ou quoi? Qu’est-ce que tu branlais?

      • Freedogg dit :

        Pouaaa que d’la merde homie. Un espèce de charclo m’a fait miroiter une publication, mais ou final il voulait tenter de me piquer du fric et peut être même me faire l’oignon, va savoir avec ces vieilles saloperies… Sinon Ras, je vais me mettre bien et rattraper tout mon retard sur ton blog !!! ps : Chapeau pour ton bouquin ! putain plus besoin de saucissonner Bhl pour becter dans ses soirées !!! (on reste sur lemecdelunderground ou mtn faut t’appeler L.m.u ?)

  3. Marie dit :

    hahahah t’es le meilleur, et si j’avais une boutique, je t’embauche direct ! Mais j’en ai pas, alors je continue à profiter de tes gros délires, sans modération !! Bisous XXL ..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *