Le retour des beaux jours et l’envie de baiser

envie de kène

En ce moment sur Paname, on se farcit la canencule : soleil de salope à s’en cramer la peau, ciel bleu d’enculé, températures de chienne. Bref, un temps dont on aimerait se passer, nous qui détestons fumer de la Lemon Haze en plein cagnard. Par-dessus le chémar, avec cette chaleur, on a tous envie de kène. Ce n’est pas grave de vouloir bouillave mais quand c’est tout le temps, quand l’envie de fourrer t’occupe l’esprit H24, ça peut vite devenir relou.

Juste pour l’anecdote – par contre je te préviens, tu vas trouver ça con -, vendredi dernier, je suis allé me bouffer un grec à Stras-Saind’, chez Redouane. J’arrive devant le chef, je lui fais « salut chef ! » puis je passe la commande :

– Alors, j’vais t’prendre un complet, ketchup mayo avec de la samouraï sur mes frites, une canette d’oasis tropical et un fion pour que je l’encule à sec !

L’archouma ! T’imagines, je commande un casse-dalle et je réclame un boulard en plus. Je te jure, je ne savais plus où me mettre. Tout ça à cause du printemps, du retour des beaux jours et peut-être aussi parce que j’étais un peu foncedé.

Putain de soleil qui donne envie de baiser… Abusé !

Et je ne t’ai pas tout raconté. Hier matin – tu vas encore trouver ça con -, je voulais boire un verre à Gare du Nord. Je me postiche dans un rade, le serveur vient prendre ma commande et moi, direct :

– Alors, je voudrais un pastaga, des cacahuètes si vous avez et j’aimerais aussi me faire sucer la teub.

Le mec m’a regardé tellement chelou…

Bon, je te cache pas que là aussi, j’étais un peu casfra.

Enfin voilà, tu as pigé pourquoi je me méfie du printemps comme de la chtouille. Dès que les beaux jours rappliquent, on devient tous incontrôlables. Les scientifiques expliquent cette envie de kène pendant les beaux jours par les rayons Gama du soleil qui activent la partie supérieure de l’encéphale, elle-même motrice des glandes qui engendrent la prolifération des hormones, du foutre dans les bouliches et de la mouille dans les ovaires.

C’est pour ça, moi je dis qu’on devrait arrêter de culpabiliser. Cette envie de troncher, ce n’est pas de notre faute. C’est à cause de ces putains de rayons Gama si ce midi, j’ai fait au mec du Do Mac : « un menu Big Mac, frites coca, avec un cheese en plus, une boite de 6 nuggets, un gang bang, une douche de sperme, un ass-to-mouth, une golden Shower et avec ça, j’voudrais aussi grailler une chnèk et un sunday caramel ».

Vraiment, le printemps, c’est relou.

Et ça fait mal aux burnes.

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *