Les quartiers rouges de Paname (1) : La rue saint-denis

Les putes, c’étaient mieux avant !

rue saint denis

Aujourd’hui, je voudrais te parler des quartiers rouges de Paname. Ouais, je sais que quand on entend « quartier rouge », on pense direct à ceux d’Amsterdam mais en réalité, il en existe un peu partout dans le monde, y compris dans la capitale. Pour ta culture perso, un quartier rouge est tout simplement un quartier oche, une zone qui sent la teuche et le zob, où les tapins charbonnent et chassent le micheton.

Traditionnellement, il existe trois grands red-light district sur Paname. Je dis « traditionnellement » parce que primo, je viens d’apprendre ce terme dans un dico et je le trouve stylé et deuxiémo, le paysage de la putasserie a vraiment changé ces dix dernières années dans la capitale. Surtout depuis la loi de merde contre le racolage passif.

Je disais quoi ? Ah ouais, excuse-moi, je suis foncedé. Donc, il existe trois principaux quartiers rouges sur Paname. Je commence par le plus pourave : la Rue Saint-Denis. Ah putain, la fameuse Rue Saint-Denis, qui suit l’axe Châtelet-Bourstra ! Quand j’y traîne mes chlops, je ne peux pas m’empêcher d’avoir un pincement au palpitant. Nostalgie, quand tu nous tiens par la bite et que tu la branles ! Qu’est-ce que tu veux, à l’époque, la rue Saint-Denis savait me foutre la gaule ! Aujourd’hui, le spot est devenu relou et presque sans intérêt.

Les talonneuses de la Rue Saint-Denis ont la répute d’avoir près de soixante berges au compteur. A soixante berges, on dépasse le stade de la MILF et on entre carrément dans la catégorie Granny (enfin si l’on s’en réfère à Youporn). Perso, ça ne m’a jamais dérangé parce que je kiffe bien tartiner des vieilles même si des fois elles galèrent pour mouiller. Les vielles pompent mieux, je te le dis, c’est un fait !

Mais Rue Saint-Denis, il y a dix piges, tu trouvais encore des zouzs fraîches et galbées comme des hardeuses. Si si, sur la vie de mes morts !

Rue Saint-Denis, tu trouves 3 crews de tapins :

-les traditionnelles, pour la plupart rebeux, aux taros de 50 dolls la passe de 5 minutes chrono dans une piaule plus mesquine qu’une chambre de bonne. Ces raclis sont un peu plus commerciales avec leurs habitués et même si la passe est bâclée, elle le sera toujours moins que chez les tepus des autres crews.

-les renois qui déboulent en masse à la nuit tombée et qui técalent tôt le matin. Les kainfs de la Rue Saint-Denis sont plutôt jeunes et cash, elles cassent les prix du chémar et la passe aussi. Prostitution de zermi dans la pure tradition de l’underground.

-Les noiches qui traînent aux alentours de la Rue Saint-Denis, du côté de Boustra. Pareil, prostitution de galère qui croundave le proxo à plein pif. Les asiats accostent en scred, par des petits signes ou des sourires. Une fois que la passe est fixée, tu dois les suivre dans le tromé, te taper deux-trois stations avec la gagneuse, style jusqu’à Répu’ ou Belleville pour les chétron dans un appartement-ravioli.

Perso, je kiffe bien les trois crews, tout dépend sur le moment si je suis plus branché rebeux, renois, ou noichis, à l’arrache ou à l’ancienne. En tout cas dans le centre de Paname, la Rue Saint-Denis est le spot où tu dénicheras le plus de tapins. Evidemment, tu me diras que Belleville est aussi blindé de chinoises, mais le côté clandé et noyé dans la populace fait que le tièque ne peut pas prétendre au titre de quartier rouge.

Ce qui a surtout changé aujourd’hui et que je regrette à mort, ce sont tous les sex-shops qui ont déserté la rue. Alors c’est vrai, il reste encore le Club 88 et deux-trois boutiques à cul, de la daube comparée à l’ancienne, quand les peep-shows et les néons des sex-shops illuminaient le ter-ter.

Les sex-shops se sont éclipsés à peu-prêt en même temps que la loi contre le racolage passif même s’il n’y a aucun rapport entre l’un et l’autre. C’était quand déjà, la loi contre le racolage passif ? 2003, quelque chose comme ça. Et c’était quand, l’arrivée du streaming ? Environ à la même période. Dès lors où des sites comme youporn, xnxx, xhamster, tube8 et nudevista sont apparus sur la toile, les palucheurs ont cessé d’acheter des DVD, préférant se lébran sur Internet et ne pointant plus dans les cabines privées.

Perso ça me fait ièche, je kiffais bien l’époque peep-show et tapage de queue dans un placard. C’était pratique pour te faire monter la purée dans les burnes avant de limer ta gagneuse. Et puis en hiver, ça tenait au chaud.

Voilà, ce sera tout pour aujourd’hui. Dans le prochain post, je te parlerai du second quartier rouge de Paname, j’ai blasé Pigalle.

 

 


Tags: , , , , , , , , , ,

13 Réponses à Les quartiers rouges de Paname (1) : La rue saint-denis

  1. WEWEE dit :

    eh stp qui peut me dire dans quelle rue exactement il ya les noich de belleville je suis parti jai pas trouvé j’ai vue tout les alentours de l’arret de metro « Belleville », ou une autre rue svp merci

  2. Gautret-Ferretti dit :

    Ton site est une vraie tuerie ma gueule et j’ai fréquenté ces quartiers dans les années 1990 : une nostalgie qui me file toujours autant la quetri !!! Merci à toi et ne t’arretes pas en si bon chemin car cette route est sans fin…

  3. Underfan dit :

    Il déchire sa race ton site! Chui fan mec, continue!

  4. coquin dit :

    Et donc y a t il encore des pipes show digne de ce nom?

  5. L ancien dit :

    Un autre quartier : les marechaux de porte clichy a porte de la vilette.et au fait tout a fait d accord , a k epique c etait une tuerie strasbourg meme ds le film rai ils en font reference .nostalgie

  6. Zbooba dit :

    Il tue sa race ton site !

  7. wesh dit :

    alert(‘bijour’)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>