L’histoire vue de l’Underground

histoire de france sa mère

L’Histoire, c’est golri !

Par exemple, je ne savais pas que les hommes préhistoriques mesuraient environ 1m40 et que la taille de leur cerveau approchait celle d’un chimpanzé. En gros, les hommes préhistoriques étaient presque aussi teubés que des mômes de 13 piges, pire que des golios. Poilus, ils chassaient le Mammouth et péchaient la truite, graffaient des dessins à deux balles sur les murs de leurs cavernes de Talibans.

Ensuite, l’homme devint un peu moins teubé, et c’est là que l’Histoire commence. Avec Moïse, Abraham et tout le bordel, les égyptiens avec leurs pyramides et leurs momies, puis les grecs et les romains avec Jules César et les gladiateurs. Une période stylée dans laquelle des golgoths en armure se frittaient dans des arènes et se faisaient bouffer par des tigres.

Quelques années plus tard, Jésus apparut. Jésus racontait masse de trucs sticmis, si bien qu’on le prit pour ieud. Meskine, il mourut crucifié alors que si ça se trouve, c’était vraiment dieu. On ne le saura jamais.

Par la suite, Charlemagne fut couronné empereur mais on s’en bat les steaks, c’est une période de merde archi pas intéressante.

Arriva le moyen-âge où les chevaliers baisaient des princesses et partaient en croisade déterrer le tombeau de Jésus comme des nécrophiles, en profitaient pour cramer du rebeu tellement que c’étaient des neuskis. Le Moyen-âge fut une période golri comme l’attestent les châteaux forts, les douves et les donjons tenus par des dominas fringuées en combinaison latex.

Vint par la suite la Renaissance, période marquée notamment par des gros fomblards qui sculptaient des daubes et peignaient des merdes à l’instar de Léonard de Vinci, Raphaël, Michelangelo et Splinter. Un beau matin éclata la Révolution, une grosse émeute façon guérilla urbaine où les insurgés balançaient des cocktails Molotov sur les kisdés en hurlant « et un, et deux, et trois-zéro ». On coupa alors la tête de Louis 14 et Marie en toilette, et Napoléon apparut. Napoléon gardait toujours une main dans sa veste, histoire de faire crari, et devint empereur comme son grand-père Charlemagne.

Napoléon encula tout le monde mais les nazis prirent le contrôle du tièque. Le boss des nazis, Hitlèr, se payait une stachemou de pédophile et une dégaine de trimard. Il détestait les feujs à cause de leur maille et décida de tous les fister. Heureusement que les cainris ont déboulé, avant de souiller la moitié du Japon en balançant une bombe atomique sur Hiroshima, Kaboul et Bagdad réunis.

Puis le grec de Redouane ouvrit ses portes.

Au début c’était cool, la barbaque était archi bonne et le taulier ne faisait pas payer le supplément fromage dans ses dwichs mais un soir, il voulut m’enculer de vingt centimes. Puis je dénichai un oilpé dans son casse-dalle.

Alors je changeai de grec.

C’est là que le premier mec marcha sur la lune – Néya Strongue – mais Malo Kid m’a dit que tout puait le falsh dans cette histoire, on voit bien sur les tofs que la fusée est en polystyrène et les astronautes, des figurines vendues à Carrouf. A ce moment-là éclata mai 68 – une Nuit Debout en moins pourave -, puis tomba le mur de Berlin, à cause de la tempête de 99.

Moi, à cette époque, je fumais mon premier oinj, un splif de White Widow coupé au keucra de la Porte de la Chapelle. Ainsi, on remporta la coupe du monde trois berges plus tard et dans les rues de Paname, on insulta les Brésiliens en chantant « Ronaldo, on t’a bien baisééééé, et on nique, et on niqueeeeee, Ronaldo, on t’a bien baisééééé, et on nique ta daronne la taimpe ».

Bordel, les barres qu’on s’est tapées !

Pas de chatte, des concordes se crashèrent sur les tours de New York mais d’après Malo Kid c’est impossible, à cause de la gravité et l’apesanteur. Du coup, une guerre éclata, l’histoire vrilla dans tous les sens puis je marbrai un type à Châtelet parce qu’il se la racontait trop. Je partis me faire céssu à Vincennes par une fatou qui charbonnait en BMC et je me fis défoncer par des kromas à Porte d’Aubervilliers, sous prétexte que j’avais envoyé un coup de plafond dans le zen d’une gagneuse.

La crise économique s’intensifia et bientôt, je dus me cramer les poils des bouliches pour gagner un pari avec des soces. D’ailleurs, les srabs me doivent toujours la yeuma, ces tarbas ! Hollande devint chef de la France, tout le monde l’insulta et raconta qu’il avait une petite teub. Ce jour-là, je me souviens, je suis allé au Do Mac.

Et aujourd’hui, on en est là.

 

 

 

 

 

 


Tags:

3 Réponses à L’histoire vue de l’Underground

  1. BOBO@Vélib dit :

    Putain où il est le mec de l’underground? Y s’est lancé dans les films de boules? Parti au Jihad? J’ai besoin de ma came merde!!!

  2. Raoul dit :

    Si avec ça, on te file pas l’agreg d’histoire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *