Mission graffiti (suite et fin)

Dans les posts précédents, FAS2PÉ, membre du BGR, m’accordait le droit de filmer son crew de graffeurs désinhibés. Je me suis donc incrusté avec ma caméra dans une mission underground et je peux vous jurer sur ma vie, je ne pensais pas que cette soirée partirait en freestyle. Vous pouvez consulter cette vidéo ici.

Une main percée,…

On descend une pente boueuse et non éclairée, les BGR avec leurs deux échelles, moi avec le matos pour filmer. Putain, c’est tendu avec l’appareil !!! Plutôt me casser une beuje que de niquer mon caméscope. Et ce qui devait arriver, arriva. Je me prends une patte dans une racine de merde et perds mon équilibre. J’ai le réflexe de protéger mon NEX-5 en le callant très fort contre ma poitrine, avant de me marave la gueule dans cette pente pourave. Je plaque ma main au sol pour amortir ma chute et là, une douleur vive, très brutale, comme une lame qui te perce la pogne. Je regarde : ma main est perforée par un gros clou rouillé qui pue le tétanos, la pointe a traversé toute la chair et ressort de l’autre côté.

En voyant le tableau, je tire une de ces gueules ! J’en ai vu d’autres mais ce n’est jamais très kiffant. Ça pisse le sang et c’est dégueulasse à voir. Les BGR se foutent de ma gueule mais ils stoppent direct quand je leur montre ma pince.

-Oh putain, c’est hardcore ! Me fait FAS2PÉ.

-Faut qu’tu tailles à l’hosto là, rajoute SÉRAR.

J’ai un mal de chien, ma main part en crise d’épilepsie, impossible de l’arrêter de trembler. Et le sang coule, coule. Mais moi c’est mort, je ne bouge pas d’ici tant que je n’ai rien dans la boite.

-Vous avez d’la tise ? Je demande aux BGR.

-Ouais, d’la Vodka.

Putain ! Je ne peux pas blairer la Vodka. SOLYT me tend la teille se Zobrow’, je m’enquille cinq grosses gorgées et en balance sur ma pogne. Hardcore, comment je douille ! Je ne réfléchis pas, je pécho le clou à sa base et le vire de la chair. Je sais que c’est mauvais de faire ça mais cette putain de ferraille est trop encombrante. Je me rebalance de l’alcool sur la main. Dur !

Le mec de l'underground

 …Un graff filmé,…

Je motive les BGR pour continuer la mission, ils ne mettent pas 15 piges à se faire engrainer. On débarque sur les rails, les graffeurs choisissent un mur stratégique à retourner : pas loin d’une petite source lumineuse et d’une niche au cas où un RER déboulerait (règle de base n°9). Autant éviter de clamser, je viens tout juste de lancer ce blog. Les gars posent leurs échelles contre le mur pendant que je réfléchis à la manière dont il faut filmer quand on ne veut pas saloper sa caméra et qu’on pisse le sang.

À tour de rôles, SÉRAR, SOLYT et FAS2PÉ tracent les contours des lettres BGR et repeignent l’intérieur en blanc. Les gars restent très discrets et chuchotent même pendant les engueulades (ça s’embrouille gentiment sur les reliefs du graff, à part si je vous dis de la merde et que je n’ai rien bité de leurs petits coups de gueules). De temps en temps, une gova passe sur le pont en dessous duquel les BGR font leur taf sinon à part ça, c’est le silence de l’underground !

Je douille de plus en plus. Ma main tremble toujours et le sang coule à flot, jusque dans ma manche. Je vais pouvoir tèje mes sapes en rentrant. Il va falloir aussi que je taille à l’hosto, imagine on me coupe la pince. Le seum ! Les BGR passent environ une demi-heure à dessiner leur œuvre pendant que je prends mes plans comme un pro. FAS2PÉ pécho une échelle, pointe sur le mur d’en face et me gère une petite dédicace « le mec de l’undergrnd ». Ouais, comme vous pouvez le constater sur la vidéo, il a oublié un O et un U qui auraient donné un super underground, mais c’est l’intention qui compte. Il a géré, cet enfoiré. J’ai aujourd’hui mon blase sur un mur de la RATP. Allez, c’est bon, je vais vous filer une indication : le RER A passe par ici.

BGR-crew en mode vandale

…Et des putains de condés.

On remballe le matos pour rentrer à la casbah quand une maglight vient éclairer nos gueules. Des enfoirés de lardus sur le pont ! SOLYT leur fait un doigt et on décarre en vitesse. Pas question de me faire serrer avec ma bête de vidéo. Dans la course, je sors la carte mémoire de la cam et la coince entre mes burnes. Ils n’iront pas la chercher ici ! Quoique… Les lardus nous gueulent de nous arrêter. Ouais, t’as raison mon chmiton !

Le truc stylé, c’est qu’on est sur notre terre-terre, et le temps que les keufs comprennent par où on est passés et tout le tralala, on a une bonne avance sur eux. On remonte la pente où je me suis marave la main et on passe le grillage. Mais là, je me dis que je suis trop con. Je n’ai pas filmé les keufs. Sa race, j’y retourne ! Les BGR ne comprennent pas et d’ailleurs, tracent de leur côté sans m’attendre.

Je retourne sous le pont, je ne pense même plus à ma main tellement que je suis déter. Les keufs ont déserté. Fait chier ! Ils doivent sûrement chercher un endroit pour nous péter. Je retourne d’où je viens et remonte la pente. Je manque encore une fois de me rétamer, il faut dire que ce n’est pas évident avec tout le matos et ma main ensanglantée (je ne me donne pas de raisons, je t’explique. Ça va, je sais quand même tenir debout). Je passe le grillage et m’engouffre dans le bosquet. J’entends le bruit d’un talky walky, les condés ne sont pas loin. Je n’attire pas leur attention et me planque derrière un arbre, tranquille.

J’attends que les bruits se dissipent pour tracer ma route. FAS2PÉ m’appelle sur mon portable :

-Ouais, qu’est-ce t’as foutu ? Il me demande.

-J’voulais juste filmer les condés pour mon clip underground.

-T’as réussi ?

-Négatif. Par contre j’ai filmé toute la session et à mon avis, ça déchire.

Je sors la carte mémoire d’entre mes couilles et lui calle un smack de lover. J’ai mon clip !

 

 

 

 


Tags: , , , , , , , , , , , , ,

4 Réponses à Mission graffiti (suite et fin)

  1. Par dit :

    Putain j’ai bien ri ma gueule ! De vrai souvenirs au moins

  2. Phase de Paix dit :

    Eh beh ! C’est mouvementé tes sessions underground !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *