Posts Taggués ‘Underground’

  • Nécrophilie : un trip vraiment chelou

    Nécrophilie : un trip vraiment chelou

    La nécrophilie, je ne sais pas toi mais moi, je n’ai jamais pigé l’intérêt. Je peux comprendre la zoophilie – le fait de gober les couilles d’un buffle ou de s’enfoncer un serpent dans la chnèk – les trips scatos et pédos, mais alors la nécrophilie, vraiment je n’entrave pas le délire. T’imagines, toi, baiser...

  • Le mec de l’underground iz bak !

    Le mec de l’underground iz bak !

     Ça y est, je suis de retour ! Le Mec de l’underground iz bak ! Avoue, tu kiffes ! Aujourd’hui, on est le 1er octobre 2014, si je ne suis pas trop foncedé. Et tu sais ce qu’on fête, le 1er octobre 2014 ? Deux choses : le douzième anniversaire de ma première pipe, et les deux...

  • J’ai arrêté de flinguer des Vélibs

    17 Juin, 14 • Auteur du macadam5 Commentaires
    J’ai arrêté de flinguer des Vélibs

    Tout compte fait, flinguer des Vélibs, c’est pas si golri que ça… Mardi dernier, truc de ouf, j’ai eu la surprise d’apprendre par la brigade de sureté urbaine que l’entreprise Vélib déposait une plainte contre moi, suite à mon article des bonnes raisons de flinguer des Vélibs, paru en juillet dernier. La nature de la...

  • à l’académie Balzac, ça va bouillave sec !

    16 Juin, 14 • Culture souterraine5 Commentaires
    à l’académie Balzac, ça va bouillave sec !

    L’info est tombée il y a maintenant deux ou trois mois, mais je croyais qu’on se foutait de notre gueule. Une web-téléréalité littéraire « L’académie Balzac », dans laquelle 20 auteurs seront enchristés 20 jours, H24 dans un loft, dans le but de pondre un bouquin collectif. Membres du Jury et internautes voteront pour éliminer au fur...

  • J’ai appelé les esprits

    J’ai appelé les esprits

    Bon je te préviens d’avance, tu vas encore flipper ta race, te chier dessus méchamment. Nan parce que je veux bien golri deux minutes sur mon gueblo, mais il y a un temps pour tout. J’ignore si tu as vu « L’exorciste », avec la meuf attachée à son plumard qui fait croire qu’elle est possédée, qui gerbe...